ça s'partage !Share on Facebook
Facebook
5Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

Lors du conseil municipal du 27 juin notre comité de soutien a fait part de son inquiétude quant à la lourdeur de la peine prononcée contre les 4 jeunes concernés par l’affaire dite « Bagelstein ».

La réponse apportée par la conseillère municipale déléguée aux Droits des Femmes et à l’Egalité soulèvait des questions importantes que nous avons demandé à aborder avec la première magistrate de la ville de Rennes.

Suite à notre demande de rencontre avec la Maire de Rennes, deux représentant.es du comité de soutien aux 4 jeunes incarcérés ont été reçus le jeudi 21 juillet par l’élue chargée de l’Égalité des droits et de la cohésion sociale, ainsi que par deux conseillers techniques du cabinet de la Maire, l’un à l’administration générale et au commerce, l’autre à l’Égalité.

L’échange a duré une heure trente. Cette rencontre dense, grave et respectueuse, a permis de faire le tour de ce qui est reproché aux jeunes condamnés, et de resituer le contexte de grande tension dans lequel se sont tenus l’audience et le jugement.

Chacun.e a affirmé sa volonté que rien ne puisse nuire à la procédure d’appel en cours.

Le comité de soutien a bien entendu que la Maire de Rennes n’était pas indifférente à la situation et qu’elle suit le dossier dans le strict respect de la répartition des pouvoirs.

Le comité de soutien a apprécié l’honnêteté des propos tenus, et appelle à ce que chacun.e reste en vigilance pour continuer à soutenir les 4 jeunes en respectant la procédure d’appel en cours.

Réuni ensuite en conférence de presse les membres du comité de défense ont affirmé leur position :

Rien ne justifie que ces 4 personnes soient incarcérées de cette manière-là et aient été condamnées immédiatement. Même si 3 jeunes sont déjà sortis de prison, cela ne change rien ! 

Nous demandons donc l’annulation de leur condamnation, une réparation et à défaut leur réhabilitation judiciaire…. !


Courrier adressé à Madame la Maire

Madame la Maire,

Nous vous remercions de nous avoir donné la parole lors du Conseil municipal du 27 juin dernier.

Au vu de la réponse de la Ville de Rennes, apportée par la conseillère municipale déléguée aux Droits des Femmes et à l’Égalité, il nous semble nécessaire de redonner certaines informations et préciser quelques éléments.

Tout d’abord, les 4 jeunes arrêtés et immédiatement  incarcérés ne sont pas condamnés pour avoir cassé quoi que ce soit, ni même avoir essayé. Rien n’a été énoncé dans ce registre lors de l’audience et le jugement ne mentionne rien de cet ordre. Leur présence (liée au hasard pour l’un d’eux) à proximité de la sandwicherie Bagelstein n’avait rien à voir avec la manifestation, qui se déroulait à un tout autre endroit et qui était terminée à ce moment-là.  Malheureusement, c’est bien pourtant le contexte des manifestations, et de leur cortège de dégradations, qui a accaparé une bonne partie des débats en audience, et qui se retrouve mentionné dans la qualification même de la peine prononcée à l’encontre des 4 jeunes.
En d’autres temps, hors législation d’état d’urgence, l’altercation avec le gérant de l’enseigne n’aurait jamais donné lieu à ce jugement ahurissant – un jugement dont même la partie civile s’est publiquement émue.

Enfin, vous avez indiqué « ne pas vouloir commenter une décision de justice ». Cette posture ne va pas de soi. Comme vous le savez, l’histoire des luttes pour les droits humains, et plus fortement encore pour les droits des femmes, est souvent passée par la contestation de décisions de justice. De nombreuses avancées ont eu lieu parce que des militantes et militants ont publiquement dénoncé des décisions de justice, en éclairant notamment le contexte social, politique, qui y présidait. Nous sommes aujourd’hui, Madame la Maire, dans une situation similaire : le contexte d’état d’urgence amène à des dérives, la condamnation de ces 4 jeunes, en est une grave illustration.

Vous comprendrez qu’il est du devoir de toute personne attachée à la justice de dénoncer des peines qui vont handicaper à vie les parcours de ces quatre jeunes adultes. Rien ne peut justifier cela.

De tout cela, qui concerne vos administré.es au premier chef, Madame La Maire, nous souhaitons discuter avec vous.

Dans l’attente de votre réponse, nous vous adressons nos salutations,

Le Comité de Soutien

ça s'partage !Share on Facebook
Facebook
5Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email